La dignité au centre de nos valeurs

Agir contre la maltraitance, une question de dignité humaine

La mission première d’Alma Paris est de faire cesser ou améliorer les situations de maltraitance. Notre action est fondée sur le respect de la dignité humaine, pierre angulaire de notre mission.

« Ce qui est supérieur à tout prix, ce qui par suite n’admet pas d’équivalent c’est ce qui a une dignité » Kant.

Nous définissons l’homme comme titulaire d’une absolue dignité. Une dignité qui ne se réduit pas au seul corps de l’homme. Pas plus qu’à la valeur valeur marchande des biens qu’il possède ou de ce qu’il coûte à la société.

La dignité de l’homme s’applique à toute personne, homme, femme, enfant, vieillard, quel que soit son statut social, son état de santé, personne qui vit dans une société qui a des règles, des usages, des coutumes, des croyances, personne qui vit dans une société qui a vu sa naissance en un temps donné.

C’est pourquoi nos valeurs reposent sur le respect de la dignité de l’homme formulée dans les textes qui garantissent les droits civils et politiques comme des droits fondamentaux.

  • La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948
  • La Convention Européenne des Droits de l’Homme (Rome 1950)

Rétablir les plus vulnérables dans leur droits

La solidarité à l’égard des plus vulnérables exige le respect de leurs droits. Ces droits doivent être  rétablis quand ils sont mis en cause, dans un esprit de justice et de réparation.

De là découlent un certain nombre de principes qui guident notre action :

  • Le respect de la personne, qui appelle la bienveillance à son égard
  • L’aide au rétablissement de la personne dans ses droits et dans sa dignité
  • L’apport de réconfort et de soutien
  • La vigilance concernant le respect de la parole et des choix de la personne qui appelle.

Notre travail d’accompagnement se veut aussi réparation, car écouter c’est déjà faire quelque chose – et se confier c’est aussi faire quelque chose.

Pour la solidarité et pour la lutte contre l’exclusion

La solidarité sociale

Chaque personne doit pouvoir accéder à ce qui lui est du selon les règles fixées par le politique. Dans cette perspective nous sommes susceptibles de mettre en contact les appelants avec les personnes les plus qualifiées.

L’accessibilité et la lutte contre l’exclusion

Pour Alma Paris l‘accessibilité est un échange.
Nous écoutons toutes les personnes avec la même attention. La personne handicapée quel que soit son handicap, doit avoir accès à l’information que nous délivrons, autant que nous devons accéder à l’information qu’elle souhaite porter à notre connaissance.

C’est pourquoi nous proposons des canaux et des moyens adaptés aux personnes handicapées sensorielles, mentales, psychiques ou motrices. De plus, la personne qui nous appelle dispose du temps nécessaire pour s’exprimer et se faire comprendre, avec ses mots, avec son rythme. En retour nous nous assurons que l’information que nous délivrons  été comprise.

Le respect des usages et des cultures de chacun

La personne qui appelle appartient à une société qui a des valeurs, des usages et des croyances. La culture de chacun définit la famille, les liens et les hiérarchies qui la gouvernent.
Ces valeurs doivent être respectées dans le cadre de la législation.

Toutefois l’expression de dires inacceptables, sexistes, homophobes ou racistes fera l’objet de remarques et de mises en gardes de la part des écoutants. Néanmoins, les écoutants tiendront compte de l’état psychique de la personne qui tient de tels propos.

Le libre exercice des droits civiques

Le libre exercice des droits civiques  doit être garanti. Cela concerne par exemple la liberté d’aller et venir dans un le milieu environnant, en préservant la sécurité de la personne.

Des principes pour l’écoute et le conseil

La confidentialité

  • Toute information portée à la connaissance d’Alma Paris est confidentielle
  • Elle ne peut pas être divulguée conformément à la loi relative au secret des professions médico-sociales
  • Les appelants peuvent témoigner en conservant l’anonymat sur leur propre identité ou sur l’identité des personnes mentionnées.

Une écoute bienveillante

La distance nécessaire

Le respect de la distance nécessaire concernant ce que nous entendons est une méthode autant qu’un principe fondateur.

Cette distance garantit aux personnes qui appellent :

  • L’absence de tout jugement de valeur
  • L’absence de tout exercice de pouvoir sur une personne fragilisée.

La recherche du consentement éclairé et du libre choix

La recherche du consentement éclairé conduit au libre choix des solutions proposées et à leur mise en œuvre. Bien sûr, le consentement éclairé s’appuie sur deux conditions préalables :

  • La personne supposée victime de mauvais traitements est entendue – quand c’est possible
  • Les informations délivrées par les écoutants sont claires et adaptées.

La reconnaissance de la personne qui appelle

La personne est un être de besoins mais aussi de désirs.
Et cette personne demande à ce qu’on porte sur elle un regard humain.
Par conséquent, le respect de sa dignité impose la reconnaissance de la personne, à travers le respect de sa parole, que la maltraitance s’avère effective ou non au fil des écoutes. L’écoute vise aussi à rasséréner et conseiller le témoin qui appelle, parce qu’il souffre de la situation et sollicite notre aide pour la faire cesser.

L’écoute doit :

  • Conseiller et rassurer avec empathie et bienveillance
  • Se faire sans jugement de valeur  sur la situation
  • Considérer l’appel comme une demande d’aide face à une situation
    que l’appelant trouve inacceptable – compte-tenu de ses propres valeurs morales
  • Entendre la souffrance morale ressentie par le témoin ou la victime supposée.
Un accompagnement respectueux de ce qu’exprime l’appelant
  • L’accompagnement est le plus proche possible des besoins mais aussi des désirs de la victime supposée
  • L’accompagnement a pour but de restaurer le bien être de la victime supposée
  • La résolution ne doit pas créer une plus grande souffrance, qui peut être pire que la maltraitance initiale.

Un service professionnel

Nos écoutants sont des professionnels bénévoles

L’expertise professionnelle et personnelle de ses écoutants bénévoles Alma Paris est un gage de une qualité dans l’écoute et dans la résolution des situations :

  • Nos experts sont  issus des milieux sociaux, médicaux, médico-sociaux et juridiques
  • Notre équipe est inclusive : personnes handicapées – ou non.

Des méthodes pour l’analyse et la réflexion

Tout d’abord, une analyse attentive et pluridisciplinaire s’impose, avant tout conseil, toute orientation.

  • Nos écoutants bénévoles sont riches de leur passé professionnel et personnel
  • Notre équipe est pluridisciplinaire et comprend plusieurs types d’expertise qui s’enrichissent mutuellement.
  • Les échanges réguliers permettent un suivi et un accompagnement de qualité.

En outre, ces discussions critiques permettent d’examiner le but de certains appels qui ont pour objet de nuire à une personne, à un groupe, à une institution.

Le bénévolat garantit notre indépendance

  • Le bénévolat est garant de notre indépendance envers des structures à financement privé
  • Il garantit aussi l’honnêteté des écoutants relativement aux conseils donnés.

Un périmètre d’action centré sur l’information et le conseil

  • Alma Paris ne se substitue pas à la mission d’un service public ou de la société civile dans sa responsabilité spécifique. La responsabilité des écoutants est d’informer les services les mieux à même de résoudre la situation, et de coopérer avec eux afin d’en faciliter la résolution.
  • L’objectif du centre n’est pas d’intervenir directement. Il doit, grâce à ses partenaires parvenir à améliorer une situation de maltraitance ou la faire cesser.
  • La sanction n’est pas la mission du centre, y compris quand elle semble indispensable. Mais à la demande de nos partenaires le centre doit rédiger des courriers en n’oubliant jamais qu’il n’est pas témoin direct des faits et qu’il ne recueille que des témoignages oraux.