Culpabilité et maltraitance : Quelle est la place de la culpabilité dans les situations de maltraitances ?

Mars 2017 : Lettre d'information n°6 d'Alma ParisALlô MAltraitance des Personnes Agées, Majeurs Handicapés

Le sentiment de culpabilité est un trouble de l’estime de soi, un jugement moral porté devant un acte jugé transgressif par rapport à une norme.

La plupart des hommes souhaitent être jugés « personnes convenables », ne veulent pas s’attirer des critiques de leur famille, de leurs voisins. Celui ou celle qui se sent coupable a honte de ses actes.

L'injonction de la norme

De quelle nature est cette norme ?

La norme morale renvoie à notre culture, à nos croyances, à nos modes de vivre ensemble. Il est des cultures où il n’est pas pensable de ne pas s’occuper des personnes handicapées, des personnes âgées.

Notre Etat, un Etat Providence en crise a pour norme le principe de précaution. C’est à l’aide de ce principe que sera défini qui est compétent pour s’occuper des personnes handicapées ou âgées. Il disqualifiera les membres de la famille culturellement désignés comme aidants au profit de professionnels diplômés. Ici viendra s’enraciner le conflit aidant familial contre aidant professionnel.

Ici une porte, proche de l’arrêt de bus, sera fermée pour raison de sécurité et tant pis si les habitants de la structure ne peuvent plus y accéder pour se déplacer à l’extérieur.

Le poids du don dans la relation familiale

La relation familiale se joue de la naissance jusqu’à la mort dans un système de don et de dette., dette des enfants envers leurs parents. Comment ne pas se sentir coupable quand on n' est pas assez riche pour payer l’EHPAD, quand il faut vendre la maison familiale remplie de souvenirs ? Comment ne pas se sentir coupable de ne pas tenir la promesse faite de s’occuper de ses parents jusqu’au bout de leur vie, alors que le logement trop petit ne le permet plus ?

L'état a des choix à faire

Dans la société de l’homme économique, le bien vieillir est une injonction paradoxale. Les médias nous inondent d’images de super mamies, de personnes handicapées qui défient les limites de leur corps, mais les retraites et les allocations sont maigres, l’argent manquerait à l’Etat qui a des choix à faire.

ELISABETH LEPRESLE , philosophe

Actualités

24 Mars 2017 : Soirée de débat - Adultes vulnérables : dépendance à un tiers et sentiment de culpabilité

A l'occasion de la Nuit des Débats lancée par la Mairie de Paris, l'association Alma ParisALlô MAltraitance des Personnes Agées, Majeurs Handicapés et l'association EHPAD'Côté ont reçu un public varié pour débattre sur la question du sentiment de culpabilité.

Claude Lepresle, président d'Alma ParisALlô MAltraitance des Personnes Agées, Majeurs Handicapés, Elisabeth Lepresle, philosophe et Frédéric Brossard, psychologue clinicien de l'association EHPAD'Côté animaient le débat.

Qu'il soit ou non justifié, on retrouve fréquemment ce sentiment dans les situations où une personne aidée est dépendante d'une autre : personne âgée, personne handicapée placées ou non sous tutelle ou dans un EHPAD...

Une belle réussite !

Abonnez-vous et recevez notre lettre d'information !

Restez informé sur l'activité d'Alma ParisALlô MAltraitance des Personnes Agées, Majeurs Handicapés en vous abonnant à notre lettre d'information !



Se désabonner