Rapport d’activité 2021

ÉDITORIAL

L’année 2021 a vu la crise sanitaire perdurer avec les mesures barrières,
le non-contact physique, l’éloignement social, des mesures changeantes dans le temps, responsables d’un accroissement de l’incertitude et des peurs !
Le discours politique, la parole des experts qui s’affrontent, les médias qui
tournent en boucle participent à l’accentuation
de situations de vulnérabilité vécues par nos appelants.

Alma Paris s’est réorganisé pour soutenir et accompagner les personnes âgées et en situation de handicap afin de les aider à affronter ces situations de vulnérabilité.

On observe, entre 2020 et 2021, une augmentation de 39% de dossiers créés pour des appels concernant les personnes âgées et les personnes en situation de handicap quels que soient leur lieu de résidence et le lieu de maltraitance.

Cette augmentation nous a conduit à recruter des personnes écoutantes :
des étudiants en droit, en psychologie, des bénévoles en recherche d’emploi, qui nous ont rejoints. Cette arrivée de nouveaux bénévoles, a certes entrainé pour les écoutants expérimentés une charge de travail supplémentaire en terme de formation, mais elle a aussi apporté la preuve que la solidarité intergénérationnelle existait.

A l’augmentation d’activité sont venues s’ajouter des situations inédites en lien avec le contexte pandémique. Ceci nous a amené à renforcer des partenariats avec certaines structures comme « Capdroits », avec qui nous travaillons pour lutter contre la privation de citoyenneté, « Éthique et pandémie », pour faire connaître des situations comme la mise à la porte d’un jeune homme schizophrène par ses parents parce qu’il était porteur du COVID.
La pandémie a fait ressortir la souffrance, la solitude et l’isolement non seulement des personnes âgées, mais aussi des personnes en situation de handicap, particulièrement celles présentant des troubles psychiques. Ces situations ont conduit Alma Paris à créer
une ligne dédiée, grâce à la subvention allouée par la Conférence des Financeurs, pour les personnes qui se vivent comme maltraitées, mais sont aussi isolées et en souffrance.

Nous avons développé nos échanges avec l’ARS Île-de-France. D’une part, Alma Paris a obtenu l’agrément de celle-ci pour représenter les usagers dans le secteur sanitaire et
5 bénévoles se sont engagés dans cette représentation.

D’autre part, Alma Paris a noué des relations avec La Direction de l’ARS Île-de-France
« Veille et Sécurité Sanitaire Département, Réclamations, Évènements indésirables, Vigilances » pour accompagner les appelants, faire aboutir leurs plaintes et participer à la prévention.

Pour conclure, si nous avons pu assumer cette quantité de « travail », c’est grâce aux bénévoles et aux salariés qui assurent l’écoute, la réflexion, l’analyse et l’organisation des plaintes, qui organisent des formations à l’écoute des maltraitances, qui participent à des groupes de réflexion sur le respect des droits, et l’éthique dans nos pratiques.
Nous mettrons tout en place pour préserver notre force d’action, développer notre communication et ainsi participer en tant que lanceur d’alerte à faire reculer les comportements maltraitants.

La convention pluriannuelle entre Alma Paris et la DASES étant arrivée à son terme au 1er janvier 2022, et afin de d’assurer son renouvellement garant de la pérennité du fonctionnement d’Alma Paris, le bilan présenté pour l’année 2021 sera accompagné du bilan des années 2019 et 2020 comme la DASES le demande.